essai blaaaaaaaaaa

    Partagez
    avatar
    Lillian
    Essai rang

    Messages : 33
    Date d'inscription : 18/01/2009
    Revenir en haut

    Message par Lillian le Lun 5 Oct - 18:28

    Je suis tombé amoureux comme on attrape une maladie.
    Sans le vouloir, sans y croire, contre mon gré et sans pouvoir m'en défendre.

    Un soir comme un autre, ou presque. De mon petit appartement j’observe la rue et plus particulièrement le ciel alors que le soleil se couche. C’en est devenu un rituel, de me poser, là ce sur rocking chair, puis de simplement contempler ce que le monde a à m’offrir. Parfois on assiste à un simple dégradé de couleur bleue, c’est même très souvent le cas si bien que l’on pourrait facilement le définir d’ennuyant. Pourtant il y a un instant où ce bleu, si commun, devient époustouflant où il devient le lien entre le jour et la nuit, où il devient la vie elle-même. Un bleu à mi chemin entre le saphir et le bleu de klein si profond que je pourrais m’y perdre des heures durant. A mon grand regret il reste éphémère, se montre puis s’enfuit très vite.
    Mais ce soir ce n’était pas le cas, ce soir c’était bien plus que ça. Le soleil n’était déjà plus visible caché derrière les bâtiments au loin. Des bâtiments que la profondeur atmosphérique rendait sombres et violets, une teinte sporadiquement contrastée par les quelques fenêtres desquelles ressortait la lumière des éclairages modernes. Il était assez tard pour que les lampadaires de la rue soient allumés et qu’ils diffusent ainsi une douce lueur orange et chaleureuse. Une ambiance de paire avec celle du crépuscule teinté tantôt de pastel orangé tantôt de bleu doux et agréable. Un de ces rares moments ou finalement la ville et la vie humaine s’accorde harmonieusement au reste du monde.

    Comme si d’instinct le monde avait compris mon mal-être et choisi de m’offrir quelque chose d’inoubliable.
    Vous savez parfois on se réveille avec cette humeur maussade, un peu patraque de notre nuit. Certaines personnes ne se souviennent pas de leur rêve, moi si. Principalement parce que c’est la première étape pour devenir un rêveur lucide, autrement dit être capable de comprendre en plein rêve que nous sommes justement en train de rêver. D’après les témoignages, on peut ensuite prendre ses propres décisions, voler dans les airs, être un héros ou un voleur, être simplement quelqu’un d’autre, vivre une autre vie. Quand je vois à quel point mes aventures oniriques peuvent être des épopées fantasmagoriques complètement loufoques, je me dis que, oui, j’aimerai bien être cette personne là au moins une fois dans ma vie.
    Cette nuit là fut à la fois fantastique et horrible. N’étant pas une rêveuse lucide, je me contente de vivre ce que le rêve me donne sans avoir aucun contrôle dessus. Alors quand je me retrouve au volant de ma voiture, je ne me pose pas de question. Je ne m’en pose pas non plus lorsqu’une vaste plaine se transforme sans raison en montagne au virage en épingle alors que je roule toujours à la même vitesse. Je ne m’en pose toujours pas quand subitement aux virages serrés succèdent les ponts troués que j’esquive de justesse. Une fois, deux fois. Mais pas la troisième fois. C’est là que je chute, impuissante, je perds pied. Je subis une déferlante d’émotion alors que le temps semble s’être arrêté, il me nargue, il me donne plus qu’il ne m’en faut pour comprendre. Les bruits ambiants semblent s’être envolés. Tout devient calme dans mon esprit, tout est … translucide, clair, évident. Je ne peux plus rien faire et mon coeur s’est arrêté de battre.  Mon âme est plongée dans le néant et je dis adieu à la vie quand finalement je me réveille, déboussolée, hagarde.

    Je suis dans cet état depuis ce matin. Je le suis encore en regardant le soleil se coucher ce soir. Parce que la nuit dernière j’ai perdue la vie mais que je suis encore vivante. Les questions vont et viennent. Je pense à mon passé comme à mon présent, je ressasse mon parcours, seule devant ce paysage mélancolique.
    Je n’ai jamais été quelqu’un d’extravagant, même quand j’étais petite. Courir partout, crier, rire à gorge déployée, non ce n’est pas mon truc.


    _________________

      La date/heure actuelle est Lun 26 Juin - 7:22